Histoire de l'art

  Mercredi 8 novembre 2017 exceptionnellement à 18h30  (au lieu de 18h ) au cinéma d’Albret à VIEUX-BOUCAU

Conférence présentée par Jean Philippe MERCẺ Conseiller pédagogique départemental en Arts Visuels, formateur en Histoire de l’Art pour les Pyrénées Atlantiques.

Entrée adhérents et partenaires : 5€ - autres : 8€

En partenariat avec l’association « la voix des Boucalais »

FIAT LUX !  Quand l’art se met à l’OMBRE

 « J’ai tout donné au soleil, tout, sauf mon ombre. »

 Guillaume Apollinaire

 

L’art est né de l’ombre. C’est en tout cas ce mythe fondateur que rapporte Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle. La pensée occidentale est également fondée sur l’ombre, au travers du mythe de la Caverne de Platon. Thalès ou Galilée exploitent par ailleurs le phénomène pour calculer quelques mesures scientifiques…

Ainsi, malgré sa fragilité formelle – l’existence de l’ombre étant conditionnée par la présence de lumière – elle est donc paradoxalement à l’origine de l’histoire de la représentation, de la pensée et de la connaissance humaines, de même que son immatérialité est relativisée par son « attachement » fondamental et inconditionnel à la matérialité d’un objet ou d’une personne dont elle une image éphémère.

  Mercredi 6 décembre 2017 à 18h au cinéma d’Albret à VIEUX-BOUCAU

Conférence présentée par Jean Philippe MERCẺ Conseiller pédagogique départemental en Arts Visuels, formateur en Histoire de l’Art pour les Pyrénées Atlantiques.

Entrée adhérents et partenaires : 5€ - autres : 8€

En partenariat avec l’association « la voix des Boucalais »

La nativité ! l'art sous le sapin ...

 « Comme les Rois Mages, en Galilée, suivaient des yeux l’étoile du Berger... »

Sheila

Joyeux Noël ! Sapins, guirlandes et autres crèches lumineuses ornent aujourd’hui nos intérieurs, commerces et mairies, questionnant ainsi le caractère laïque de cette célébration, qui trouve pourtant son origine à l’Antiquité, où les Romains s’offraient déjà de nombreux présents à cette même période de l’année, à l’occasion des Saturnales.

C’est pour autant la religion chrétienne qui installera tout le fondement ritualisé et conscientisé de cette ferveur, puisque derrière la fête sans doute la plus populaire et répandue qui soit se raconte la Nativité. La naissance de Jésus Christ, à Bethléem, le 25 décembre, constitue l’un des chapitres les plus importants des textes sacrés, en tant que preuve de l’effective réalisation de l’Incarnation divine pour la rédemption possible de l’humanité.

Répondant aux commandes des fidèles, en quête d’espérance et de tendresse, les artistes se sont donc naturellement saisis de cet événement majeur pour produire une quantité extraordinaire d’œuvres, aux mises en scènes complexes et variées, et qui méritent donc toute notre attention. Image dévotionnelle ou politique, intime ou grandiose, de la « famille » proche aux bergers voisins, des mages généreux aux commanditaires en adoration, de la grotte à l’étable rustique, observons cet Enfant aux mille Nativités, comme autant de faire-part artistiques !